Installation générique d’Oracle Linux Server 6.2 – Mode Texte

L’objectif de cette documentation est de présenter comment installer une distribution Oracle Linux 6.2, sans l’interface graphique. Cette installation pourra ensuite être utilisée pour installer d’autres produits oracle qui peuvent se passer de l’interface graphique.

On obtient ainsi une installation plus légère et réactive sur les petites configurations, ou même sur de plus grosses.

Cette documentation est à près de 90% identique à celle d’une installation avec console graphique. le fait de l’avoir entièrement écrite permet de l’utiliser de façon autonome.

Installation du système

Booter sur le DVD Oracle Linux Server 6.2
L’écran d’accueil apparaît.et choisir « Install or upgrade a system »
On suppose que le media est bon , choisir Skip.
L’installateur cherche ensuite la carte graphique et bascule en mode graphique. Même si l’installation finale sera en mode texte, dans ce tutoriel on va utiliser le mode graphique pour réaliser l’installation.Faire Next.
Choisir ensuite ‘Français’ comme langue utilisée.Et appuyer sur ‘Next’.
Pour le clavier, choisir Français (pc) : Cliquer sur ‘Suivant’
Pour une installation classique, on dispose de périphériques de stockage standards (disques dur IDE/SATA,..)
On choisit donc ‘Basic Storage Devices’ :Si le disque dur détecté est vierge, Oracle Linux demande confirmation avant de l’utiliser :Confirmer en cliquant sur ‘Oui ..’ si il s’agit bien du disque à utiliser.
Indiquer le nom d’hôte (nom de la machine), ou laisser la valeur par défaut.Cliquer sur le bouton ‘Configure Network’ en bas de page :On y indique la configuration de la carte réseau.
En supposant une IP de 192.168.7.101/255.255.255.0 on procède ainsi : On commence par cliquer sur la carte à configurer (System eth0 ici) puis le bouton ‘Modifier’ afin de faire apparaître la configuration de la carte ethernet : Cliquer sur l’ongler ‘Paramètre IPv4′ et configurer la carte
Cocher ‘Connecter automatiquement’ Cliquer sur le bouton ‘Appliquer’ du bas de la fenêtre, puis sur ‘fermer’ de la fenêtre de configuration réseau.
Cliquer sur ‘Suivant’.
On indique le fuseau horaireOn clique sur suivant, pour indiquer ensuite le mot de passe root de connexion. De nouveau suivant. Si le mot de passe semble trop faible au système, une fenêtre d’alerte s’affiche. Corriger le mot de passe ou le confirmer, au choix….L’étape suivante va permettre de préciser la façon dont on partitionne le système. Pour une installation d’Oracle Linux Server seul sur une machine, on adopte le choix ‘Use All Space’ On clique sur ‘Suivant’
Une fenêtre demande confirmation de l’écriture des informations sur le disque dur, confirmer en cliquant sur ‘Write changes to disk’:Le système partitionne et formate le disque dur.
La fenêtre suivante va déterminer les paquetages installés sur la machine, donc sa fonction, ses caractéristiques, et notamment si elle sera pourvue ou non d’une interface graphique.
C’est sur cette option que l’installation en mode texte va se décider.
On porte le choix sur ‘Basic Server’, ce qui va installer une distribution opérationnelle, mais sans interface graphique.Cliquer sur ‘Suivant’
L’installation débute :Oracle Linux Server va installer 623 paquets. Patienter …..
L’installation des paquets achevés, un écran de ‘Félicitations..’ apparaît, qui va proposer de redémarrer la machine.
Cliquer sur le bouton Redémarrer. La machine redémarre avec Oracle Linux Server 6.2 en mode texte :

Paramétrage du système

Se connecter comme utilisateur root.

ntp

ntp permet de maintenir la machine à l’heure par rapport à une base de temps.

  • Editer le fichier texte /etc/ntp.conf à l’aide de vi
  • Si la machine n’est pas sur internet, mettre en commentaire les lignes :
#server 0.rhel.pool.ntp.org
#server 1.rhel.pool.ntp.org
#server 2.rhel.pool.ntp.org

Ajouter à la fin du fichier, la référence de temps disponible sur votre réseau, par exemple :

server 172.16.1.5 iburst
server 172.16.1.6 iburst

Sauvegarder le fichier.
Il faut ensuite paramétrer le démarrage automatique de ntp, ajuster l’horloge et démarrer le service manuellement pour cette session :

[root@localhost etc]# chkconfig --level 2345 ntpd on
[root@localhost etc]# ntpdate 172.16.1.5
[root@localhost etc]# service ntpd start

kdump

Kdump est un service de récupération des crash noyau pour analyser la raison du plantage
Sauf besoin spécifique, il faut désactiver ce service.

[root@localhost etc]# chkconfig --level 345 kdump off

Pare-feu

Par défaut la pare-feu est activé.
Sur une machine de test on peut souhaiter le désactiver.
Pour cela, lancer la commande

[root@localhost etc]# system-config-firewall-tui

qui permet d’afficher la fenêtre texte de configuration du pare-feu.Appuyer sur la barre d’espace pour retirer l’astérisque sur la rubrique ‘Activé’
Appuyer ensuite sur la touche Tabulation pour mettre en valeur le bouton ‘OK’ et valider.
Une fenêtre d’avertissement s’affiche :Confirmer en validant ‘Oui’.

cups

Cups est un service d’impression
Si on n’imprima pas à partir du serveur, on peut désactiver ce service.

[root@localhost etc]# chkconfig --level 345 cups off
[root@localhost etc]#service cups stop

La configuration de base du système est achevée. On dispose ainsi d’une configuration prête à accueillir différents service ou produits Oracle ne nécessitant pas d’interface graphique.

 

Posts relatifs

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre lang="" line="" escaped="" cssfile="">