Installation d’Oracle Automatic Storage Manager pour une base 11gr2 – Partie I

A partir de la version 10, Oracle a introduit Automatic Storage Management, qui est un système de stockage des informations de la base de données directement sur disque, en se passant du système de fichiers. L’avantage est que la gestion de l’espace disque est directement faite par Oracle. La version 11 a encore amélioré le système qui est désormais considéré comme mature.

Parmi quelques avantages on note :

  • Gains de performance (près de 50% selon certains benchmark)
  • Gestion de la redondance et de la sécurité disque par Oracle
  • Plus de problème de datafile
  • Gestion dynamique de l’espace
  • …..

L’objet de cet article est de présenter l’installation d’ASM, qui passe par l’installation d’Oracle Grid Infrastructure.

  • La partie I présente la préparation du système, et la mise à disposition de disques pour ASM
  • La partie II présente l’installation d’Oracle Grid Infrastructure

Opérations préalables

Il faut avoir un le moteur de base 11gr2 installé, mais sans base.

Préparation du système

Pour pouvoir utiliser ASM, il faut ajouter des paquetages au système d’exploitation. Le système utilisé pour cette documentation est Oracle Linux 5.x
Le système yum doit être opérationnel. (Si on ne veut pas de mise à jour, on peut utiliser les rpm sur le DVD).

On s’identifie utilisateur root :

[oracle@dev ~]$ su - root
Mot de passe :

On installe les paquets oracleasm-support et oracleasm

[root@dev ~]# yum install oracleasm
Loaded plugins: security
Setting up Install Process
Resolving Dependencies
--> Running transaction check
---> Package kernel-debug.x86_64 0:2.6.32-100.0.19.el5 set to be installed
--> Finished Dependency Resolution

Dependencies Resolved

==============================================================================================================================
 Package                      Arch                   Version                                Repository                   Size
==============================================================================================================================
Installing:
 kernel-debug                 x86_64                 2.6.32-100.0.19.el5                    ol5_u5_base                  23 M

Transaction Summary
==============================================================================================================================
Install       1 Package(s)
Upgrade       0 Package(s)

Total download size: 23 M
Is this ok [y/N]: y
Downloading Packages:
kernel-debug-2.6.32-100.0.19.el5.x86_64.rpm                                                            |  23 MB     03:03
Running rpm_check_debug
Running Transaction Test
Finished Transaction Test
Transaction Test Succeeded
Running Transaction
  Installing     : kernel-debug                                                                                           1/1

Installed:
  kernel-debug.x86_64 0:2.6.32-100.0.19.el5

Complete!

Yum a d’abord chargé le paquet kernel-debug. (Le système a déjà été mis à jour. La version d’origine était une 2.6.18, ici on est en 2.6.32, d’où la nécessité de charger cette mise à jour. En fonction de ses configurations et de l’état de son système cette étape peu varier).

On le relance, nos deux paquets vont être installés :

[root@dev ~]# yum install oracleasm
Loaded plugins: security
Setting up Install Process
Resolving Dependencies
--> Running transaction check
---> Package oracleasm-2.6.18-194.el5.x86_64 0:2.0.5-1.el5 set to be updated
--> Processing Dependency: oracleasm-support >= 2.0.0 for package: oracleasm-2.6.18-194.el5
--> Running transaction check
---> Package oracleasm-support.x86_64 0:2.1.3-1.el5 set to be updated
--> Finished Dependency Resolution

Dependencies Resolved

==============================================================================================================================
 Package                                 Arch                  Version                       Repository                  Size
==============================================================================================================================
Installing:
 oracleasm-2.6.18-194.el5                x86_64                2.0.5-1.el5                   el5_u5_base                 25 k
Installing for dependencies:
 oracleasm-support                       x86_64                2.1.3-1.el5                   el5_u5_base                 87 k

Transaction Summary
==============================================================================================================================
Install       2 Package(s)
Upgrade       0 Package(s)

Total download size: 112 k
Is this ok [y/N]: y
Downloading Packages:
(1/2): oracleasm-2.6.18-194.el5-2.0.5-1.el5.x86_64.rpm                                                 |  25 kB     00:03
(2/2): oracleasm-support-2.1.3-1.el5.x86_64.rpm                                                        |  87 kB     00:02
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Total                                                                                          15 kB/s | 112 kB     00:07
Running rpm_check_debug
Running Transaction Test
Finished Transaction Test
Transaction Test Succeeded
Running Transaction
  Installing     : oracleasm-support                                                                                      1/2
  Installing     : oracleasm-2.6.18-194.el5                                                                               2/2

Installed:
  oracleasm-2.6.18-194.el5.x86_64 0:2.0.5-1.el5

Dependency Installed:
  oracleasm-support.x86_64 0:2.1.3-1.el5

Complete!

Maintenant on configure la bibliothèque ASM :

/etc/init.d/oracleasm configure

Il va falloir indiquer qui sera le propriétaire de l’interface. C’est très important pour les droits d’accès. Pour une installation classique, le propriétaire est oracle, et le groupe dba (Les deux doivent bien sur exister !).

[root@dev ~]# /etc/init.d/oracleasm configure
Configuring the Oracle ASM library driver.

This will configure the on-boot properties of the Oracle ASM library
driver.  The following questions will determine whether the driver is
loaded on boot and what permissions it will have.  The current values
will be shown in brackets ('[]').  Hitting <ENTER> without typing an
answer will keep that current value.  Ctrl-C will abort.

Default user to own the driver interface []: oracle
Default group to own the driver interface []: dba
Start Oracle ASM library driver on boot (y/n) [n]: y
Scan for Oracle ASM disks on boot (y/n) [y]:
Writing Oracle ASM library driver configuration: done
Initializing the Oracle ASMLib driver:                     [  OK  ]
Scanning the system for Oracle ASMLib disks:               [  OK  ]

Attention, par défaut le configurateur de la bibliothèque propose de ne pas lancer la bibliothèque ASM au boot du serveur. Il faut changer ce paramètre par défaut et mettre Y

Pour s’assurer que cette partie est opérationnelle, il faut rebooter le serveur, se connecter en utilisateur root et faire :

[root@dev ~]# /etc/init.d/oracleasm status
Checking if ASM is loaded: yes
Checking if /dev/oracleasm is mounted: yes

La bibliothèque est bien chargée et opérationnelle.
Attention (bis) : Sur certains OS autres qu’Oracle Linux, il peut être nécessaire de charger la bibliothèque en faisant

oracleasm init

Préparation des disques

Pour l’utilisation d’ASM, il va falloir un disque physique disponible sans partition. Pour l’exemple on va préparer un disque de 73Go pour ASM.
(Attention, ça n’est pas obligatoire. On peut très bien utiliser une partition libre d’un disque, sachant que les autres partitions sont utilisée pour le système par exemple).

Pour visualiser la liste des disques/partitions :

[root@dev ~]# cat /proc/partitions
major minor #blocks name

8 0 292945920 sda
8 1 104391 sda1
8 2 292840852 sda2
8 16 71557120 sdb
8 32 71557120 sdc
8 48 4030463 sdd
8 49 4024251 sdd1
253 0 287670272 dm-0
253 1 5144576 dm-1

Le disque que l’on va utiliser est sdb, et il ne contient pas encore de partition.
On en créé une avec fdisk :

[root@dev ~]# fdisk /dev/sdb

Le nombre de cylindres pour ce disque est initialisé à 8908.
Il n'y a rien d''incorrect avec cela, mais c'est plus grand que 1024,
et cela pourrait causer des problèmes en fonction pour certaines configurations:
1) logiciels qui sont exécutés à l'amorçage (i.e., vieilles versions de LILO)
2) logiciels d'amorçage et de partitionnement pour d'autres SE
(i.e., DOS FDISK, OS/2 FDISK)

Commande (m pour l'aide): n
Action de commande
e étendue
p partition primaire (1-4)
p
Numéro de partition (1-4): 1
Premier cylindre (1-8908, par défaut 1):
Utilisation de la valeur par défaut 1
Dernier cylindre ou +taille or +tailleM ou +tailleK (1-8908, par défaut 8908):
Utilisation de la valeur par défaut 8908

Commande (m pour l'aide): w
La table de partitions a été altérée!

Appel de ioctl() pour relire la table de partitions.
Synchronisation des disques.

Les commandes utilisées sont

  • n : création d’une nouvelle partition
  • p : partition primaire
  • 1 : première partition
  • w : Ecriture sur disque des modifications
  • q : on quitte fdisk.

On vérifie en regardant le contentenu de /dev/sdb (ou en faisant un cat /proc/partitions):

[root@dev ~]# ls /dev/sdb*
/dev/sdb /dev/sdb1

La partition sdb1 est bien présente.

On va maintenant en donner la gestion à ASM. En effet, comme utilisateurs avisés que nous sommes nous avons bien notés qu’il n’y avait pas de système de fichier sur cette partition (ext2,3,4, ….) et qu’elle n’est pas formatée. Tout cela n’est pas nécessaire puisque c’est ASM qui va gérer directement le disque.

On crée un « Alias » entre le disque Physique et le disque géré par ASM, en associant un nom « ASM » au nom physique de la partition (/dev/sdb1). On répète l’opération pour chaque disque dont on donne la gestion à ASM.

Attention : Pour cet article, on est toujours dans le cadre de l’installation d’ASM. La configuration d’ASM pour un système opérationnel sera abordé dans une autre documentation, c’est pourquoi il est prudent d’éviter pour le moment de configurer ainsi tous ses disques, sauf à savoir ce que l’on fait.

On va nommer la partition DATA1. On utilise la commande

oracleasm createdisk <NOM ASM> <Partition Physique>

Exemple :

[root@dev ~]# /etc/init.d/oracleasm createdisk DATA1 /dev/sdb1
Marking disk "DATA1" as an ASM disk: [ OK ]

C’est ainsi que l’on monte la partition sdb1 dans le système de fichier d’ASM. Pour s’assurer que l’opération s’est déroulée correctement :

[root@dev ~]# ls -l /dev/oracleasm/disks/
total 0
brw-rw---- 1 oracle dba 8, 17 jui 3 23:07 DATA1

On a un périphérique du type bloc, nommé DATA1, appartenant à oracle/dba qui ont les droits de lecture/écriture dessus.

C’est exactement ce qu’il faut, cette phase est terminée.

 

Posts relatifs

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre lang="" line="" escaped="" cssfile="">